Chasse aux Sangliers en Tunisie

990,00 €

Organisation Chasse Pêche vous emmène dans la région de Kroumirie où règne une authentique tradition cynégétique comme peuvent l’avoir, La Corse ou le Midi.

La Kroumirie est une région montagneuse qui domine Tabarka et qui a pour centre Aïn Draham.

Nul besoin de chercher plus loin, c'est ici et en ces lieux que prolifèrent des milliers de sangliers et les plus grands trophées.

Nous vous accompagnons depuis la France dans un voyage de chasse aux sangliers garanti en animaux...

Visionnez nos deux vidéos jointes.

 

Zone de chasse

Avec ses maisons aux toits de tuiles, cette région est située à mille mètres d’altitude, les petits villages ressemblent aux bourgades du pays Basque. Il est vrai qu’il neige parfois ici et que les toits en pente sont indispensables.
Tout autour, des immensités de chênes-lièges, d’arbousiers, de bruyères, de cistes, de thym et de romarin. Un véritable paradis pour le sanglier.

Les 80 000 ha de forêts de la Kroumirie comptent une vingtaine d'équipes de rabatteurs. Ces rabatteurs officient pour le compte de celui que l’on appelle volontiers dans la région "le prince du sanglier" (« le kaiser », rectifient les Allemands) c’est-à-dire notre agent et notre ami.

Ce notable haut en couleur s’est initié à la chasse en 1975. Depuis, il a reçu le gratin européen de la chasse au sanglier, est devenu l’ami des princes tunisiens, a chassé avec les ministres de François Mitterrand à Chambord, Marly et Rambouillet. Cheveux ras poivre et sel, souvent coiffé d’une chéchia, le regard pétillant et les manières impériales, il rameute son monde avec énergie. Tantôt hilare, tantôt “colère”, souvent charmeur, toujours prêt à raconter une anecdote ou à évoquer un souvenir cocasse, parlant fort et riant haut, c’est le portrait craché du grand Raimu jouant le rôle-titre dans César, le film culte de Marcel Pagnol.

 

Les équipes de rabatteurs sont extrêmement bien organisées.

Le chef d’abord, souvent un vieux sage du village qui connaît le territoire et ses habitants comme sa poche ; ses adjoints ensuite, chef de ligne et “maître bazooka”. Ce sont eux qui portent le petit canon de 30 cm qui tire des cartouches à blanc de calibre 16 quand les chiens ont mis debout les animaux et qu’il faut les empêcher de reculer. Et tous les traqueurs, “hommes des bois” infatiguables et généreux dans l’effort dont le plaisir est de satisfaire les chasseurs. Chacun d’entre eux a deux ou trois chiens, si bien que lorsque tout ce beau monde est réuni, vous entendrez une jolie musique !

Il y a beaucoup de raisons d’aller passer quelques jours à la chasse en Tunisie, mais croyez bien que notre organisation est certainement l’une des meilleures.

Les chefs de traques réfléchissent. La chasse ici est réglée comme du papier à musique.

Départ vers 7 heures, rendez-vous avec l’équipe du jour quelque part dans la forêt. Nous avons la chance de pouvoir chasser avec des équipes différentes chaque jour, leur motivation est donc extrême...

Le décor est toujours plaisant avec des coupes boisées nappées de brouillard et, parfois, cassé par des plateaux de landes ou de bruyères. Cela ressemble un peu aux Pyrénées Atlantiques du côté de la forêt d’Iraty, le chêne-liège remplaçant le hêtre, bien entendu. Il y a de grands coupe-feux mais ce n’est pas la règle générale. Assez souvent on est placé dans un layon et adossé à une végétation dense et l’on ne dispose que deux ou trois mètres pour tirer. Les animaux sont éduqués aux coups de fusil et aux sifflements des balles.

C’est la raison pour laquelle beaucoup ne sortent pas, se contentant de tourner en rond devant les chiens. Il arrive que l’on entende derrière soi un grand fracas et puis, à deux mètres du poste, tout s’arrête. Le “noir” réfléchit. Il devine que juste devant lui, il pourrait bien y avoir des armes de destruction massive. Il choisit donc “le plan B” et fait demi-tour illico
vous laissant les nerfs en pelote et l’amertume au cœur. Car il ne faut surtout pas croire que le sanglier se tire ici comme lapins dans un fermé ! Il y a des traques creuses, des traques où les animaux se dérobent, des traques où ils reculent, des traques vides (rarement), bref le tir n’est jamais garanti.

Il faut rester concentré pour la bonne raison que le sanglier peut surgir au dernier moment. C’est bien souvent quand les rabatteurs sont à vingt mètres et que l’on pense l’affaire terminée qu’un "cochon" vous passe dans les jambes ! Sachez aussi que si vous entendez le tonnerre des “bazookas”, c’est que des animaux ont été mis debout par les chiens.

Après les battues matinales, une pose limitée mais exceptionnelle vous attend !

Prenez place autour d'un bivouac pré-disposé sous les pins, il est temps de partager un bon repas chaud, copieux et merveilleux entre amis. Dégustez un barbecue, tajines et autres spécialités dans un décor de rêve accompagnés d'un verre de rosé fruité bien frais...

La chasse reprend l’après-midi pour deux ou trois traques. Remontez dans vos véhicules tout terrain !

On tue essentiellement les grands sangliers le plus souvent en retour, les solitaires. Comptez prélever 8-15 sangliers par jour pour une ligne de 8-10 fusils. Le tir est difficile et pour ce tableau on brûlera facilement des dizaines de cartouches. Les grands sangliers savent se dérober et vider l’enceinte avant même que les fusils ne soient postés, nous utiliserons tous les stratagèmes pour les leurrer et vous faire tirer de magnifiques trophées.

Les tunisiens et la chasse

Certains chasseurs français pensent volontiers que les tunisiens ne chassent pas ou peu et, qu’en tout état de cause, la culture cynégétique leur est étrangère. Ils ont tort…

Les Tunisiens sont passionnés de chasse et, en dépit de la difficulté qu’ils ont à obtenir un port d’arme, tirent aussi bien la perdrix, la palombe, la caille, la bécasse … que le sanglier. Il y a 12 000 permis pour dix millions d’habitants.

Transport

Pour le voyage jusqu'à Tunis, nous vous recommandons de prendre directement vos billets d'avion auprès de la compagnie aérienne de votre choix. Ensuite, nous sommes situés à 1h30 de l'aéroport. Dès votre arrivée, nous serons présents pour vous prendre en charge immédiate et organiser toutes les démarches de douanes pour l'importation de vos fusils et munitions.

 

Période de chasse

Nous vous recevons à partir du 1er octobre jusqu'à la fin février.
Aux touristes chasseurs, seul est autorisé au tir : sanglier, chacal, mangouste et genette. Le tir des cerfs et biches est strictement interdit sous peine d'une poursuite judiciaire.

 

Votre équipement

Nous vous conseillons vos vêtements traditionnels de chasse aux gros gibiers. Idéalement, nous préconisons le 100% camouflage...un baudrier ou un repaire fluo est obligatoire.

Un sac à dos sera indispensable pour vos déplacements, il devra comporter : un couteau, des lunettes de tir, un kit de nettoyage pour les armes, une lampe de poche, un antimoustique, un appareil photo avec flash ou camescope, une crème solaire pour les lèvres.

Une paire de chaussures de marche étanche, les bottes ne sont pas indispensables. Une veste polaire pour les matins frais.

 

Formalités

Vous devez être porteur d’un passeport valide.

Aucun vaccin n’est obligatoire.

Pour les armes, nous vous fournirons une licence de chasse et d’importation d'armes. Ce document est pris en charge par nos services, il nous faudra recevoir vos copies de Cartes Européennes d’armes à feu et passeport, cela 6 semaines avant votre départ.

Nous pouvons également vous louer sur place des armes de bonne qualité, il nous faudra alors une copie de votre permis de chasse français et de votre passeport.

Les armes semi-automatiques sont conseillées.

  • Sont interdits : les canons rayés et les fusils à rechargement automatique, de plus de trois coups, le tir à la chevrotine.
  • L'importation d'une seule arme est autorisée par chasseur et 50 munitions.

 Nos Offres à la Carte

 

Séjour 3 jours de chasse et 4 nuits,

Base 6 à 7 chasseurs : 1090 €/chasseur

Base 8 chasseurs et plus  : 990 €/chasseur     

Accompagnant 490 €.

Sanglier tué, 75 € par animal, le soir de la chasse.

Pourboire 10 € par jour et par chasseur, le soir de la chasse.

Pourboire rabatteurs : 10 € par animal prélevé, blessé ou raté, le soir de la chasse.

Journée supplémentaire : 290€

 

(Nous vous proposons également un Package en tout inclus à 1290€/chasseur pour minimum 6. Pas de limites de prélèvements, pourboires inclus, pension complète et vins également, 100% inclus pourboires également), nous pouvons vous joindre à un de nos groupe constitué.

 

NOS SERVICES :

Toutes les formalités douanières et administratives et timbres fiscaux.

Les assurances des chasseurs et des rabatteurs.

Le transfert de l’aéroport et l’accueil.

L’hébergement en pension complète et en chambre double dans un hôtel 3 ou 4* proche de TABARKA

Le transfert de l’hôtel au lieu de chasse en VEHICULE 4X4,

Le transfert de l’équipement, des rabatteurs et leurs nourritures.

L’organisation des battues : Guide de chasse, chef rabatteur, rabatteurs avec chiens.

Les déjeuners sur les lieux de chasse,

Organisation de 5 à 8 battues par jour de chasse,

 

A LA CHARGE DU CHASSEUR :

Les billets d’avion,

Les taxes des animaux prélevés 75 € le sanglier,

Les boissons alcoolisées,

Assurances : annulation, rapatriement,...etc,

Armes et munitions, brenneke sur place 2,50€ l'unité,

Les pourboires qui sont d’usage aux traqueurs à la fin de la chasse et dont le montant est laissé à l’appréciation de chacun mais pas moins de 10€ par fusil, une prime en sus de 10€ par sanglier abattu , manqué ou blessé au chef des rabatteurs du jour,

Vos frais divers,

Chambre single 30 € par nuit et par personne,

Préparation des trophées, 20 € unité.


Nos clients témoignent

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Chasse aux Sangliers en Tunisie